Point de vue et idée

 

De tout temps, l’homme n’a eu de cesse de tenter d’améliorer son champ d’action, sa vie, et finalement lui-même, par l’apport d’une technologie dont la réalité prend forme à partir d’un imaginaire à la fois artistique et scientifique. Il se retrouve aujourd’hui dans une relation à lui-même et aux nouvelles technologies qui nécessite de repenser en permanence les domaines de l’éthique, de la sociologie, de la culture et de l’art.

 

La recherche scientifique nous permet désormais de nous représenter concrètement et d’accepter, dans notre perception de l’être et de la vie, l’intrusion de prothèse robotisée contrôlée par la pensée, de cœur artificiel ou d’implants permettant aux mal entendants de retrouver le sens de l’ouïe. Les arts transcendent les médiums jusqu’à un point de rupture des cloisonnements culturels. L’internet, les réseaux sociaux et les smartphones ont modifié notre façon de communiquer et d’interagir. Tout ceci dévoile autant d’éléments capitaux à l’endroit d’un humain qui se transforme dans un univers transmédia, où l’homme et la technologie communiquent en permanence et de manière instantanée. 

 

Lorsqu’Isaac Azimov, écrivain de science-fiction américain, écrivait les Robots en 1967, il s’interrogeait sur un monde technologique en pleine mutation et amenait une réflexion autant sur l’éthique que sur la société. Les idées émanant d’artistes, écrivains et cinéastes de science-fiction ont souvent servi au développement de la recherche scientifique et ainsi inspiré notre réalité. 

 

La science, et donc la technologie, a toujours été une alliée de l’art permettant de réaliser la vision d’un artiste. L’art n’explique pas la science mais peut en donner une perception. La science n’explique pas l’art mais peut s’inspirer de ses idées créatrices qui font fi des frontières entre les disciplines. La convergence des possibles et des devenirs à la frontière de l’art et la technologie, telle est l’idée directrice de ce Symposium PI. 

 

Katarzyna Szymkiewicz, (vidéo)